Illustration plan biodiversité

Le plan biodiversité, projet gouvernemental propulsé par Nicolas Hulot

Le 18 mai dernier, en déplacement à Marseille, Nicolas Hulot a présenté son plan Biodiversité. Avec ce dernier, il entend mobiliser tous les citoyens pour la protection de la biodiversité. Du 18 mai au 8 juin on pouvait donner son avis et contribuer à l’élaboration du futur plan. Avant sa mise en place en juillet 2018. Lors de la présentation devant les députés en mars dernier, Nicolas Hulot avait annoncé se sentir « seul » sur le projet, affirmant que « tout le monde s’en fiche » de la biodiversité. Mais concrètement, que contient ce plan, supposé effacer la dette écologique de la France?

Quels enjeux pour le gouvernement?

Selon le site du gouvernement, le plan biodiversité est divisé en cinq axes majeurs:

  • Protéger la biodiversité pour améliorer notre cadre de vie et nous adapter au changement climatique ;
  • Faire de la biodiversité le moteur du changement de nos modèles de production et de consommation pour réduire notre empreinte écologique en France et dans le monde ;
  • Protéger et restaurer la nature dans toutes ses composantes ;
  • Créer un cadre européen et international ambitieux pour la protection de la biodiversité ;
  • Rendre la connaissance et l’action pour la biodiversité accessibles à tous.

Mais mieux que nos belles paroles, nous vous laissons découvrir la vidéo officielle. Cette dernière a été publiée sur la chaine YouTube de la transition écologique et solidaire:

Quelles sont les limites du plan biodiversité?

Les détracteurs de Nicolas Hulot, et du gouvernement, pointe du doigt « l’hypocrisie » qui tourne autour de ce plan. En effet, s’ils trouvent dans l’ensemble que l’initiative est bonne, quoi que pas assez ambitieuse, ils dénoncent l’ambivalence du gouvernement qui d’un côté met en place un plan de protection du gouvernement, et de l’autre autorise Total à importe 30 000 T d’huile de palme pour faire tourner l’usine de Mède. Cependant, il faut préciser que cette décision a été prise dans le cadre de la reconversion en bio-raffinerie, qui permettra de produire du biodiesel en alternative au carburant provenant des énergies fossiles. Et qui permettrait également de réduire le trou dans la couche d’Ozone. Un mal pour un bien donc. D’autant plus que le gouvernement a obtenu de Total l’obligation d’utiliser 25 % de matières premières issues du recyclage des huiles.

Par ailleurs, selon Franck Laval, président de l’association « écologie sans frontière« , dénonce les mains liées de Nicolas Hulot. Pour lui, le ministre fait ce qu’il peut, au milieu d’un gouvernement hostile à l’environnement qui considère que « l’écologisation de la société » est un coût. Opinion partagée par l’Eurodéputé Yannick Jadot, qui considère que le président Emmanuel Macron et Nicolas Hulot participent à la destruction des forêts. Mais il n’est pas non plus tendre avec le gouvernement, qu’il accuse d’occulter des problèmes réels. Comme la destruction progressive des abeilles, niée par le ministre de l’agriculture.

Quelles perspectives ?

Au final, il est difficile de connaître sur le long terme l’impact de ce plan biodiversité. Après le retrait des Etatst-Unis des accords de Paris, il est nécessaire de rebondir et proposer de nouvelles solutions. Car il est tout aussi important de lutter contre le réchauffement climatique et pour la biodiversité. Pour participer et suivre les avancées, nous vous conseillons de consulter cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *